Prix 2019
Prix 2018
Prix 2017
Prix 2016
Prix 2015
Prix 2014
Prix 2013
Prix 2012

Prix 2011

Prix 2010
Prix 2009
Prix 2008
Prix 2007

 













Véronique Pestel
Bernard Keryhuel
Photo : Jean-Paul Guyot

Prix à Veronique Pestel
Photo : Jean-Paul Guyot

Prix à Bernard Keryhuel pour Chant'appart

 

Le Prix Jacques-Douai pour 2010


a été remis le 26 juillet, dans le cadre du festival Chansons de parole de Barjac
:

 

à Véronique Pestel


et à Bernard et Dany Keryhuel, animateurs des Chant’appart


 

Fondé en 2007, le Prix Jacques-Douai « distingue un artiste, une personnalité ou une structure qui, par son action ou son œuvre artistique, fait vivre la chanson poétique francophone, le répertoire et les idéaux que Jacques Douai a portés toute sa vie : célébration de l’art de la chanson, respect et souci d’élévation du public, émancipation par la culture et l’éducation populaire. »

Le jury du prix réunit des chanteurs, des journalistes et des professionnels de la chanson et de la culture. Madame Ethery Pagava-Douai a nommé personnellement quatre personnes parmi les proches de Jacques Douai, afin de mieux garantir le respect de sa mémoire.


Les membres du jury du Prix sont :

Madame Ethery Pagava-Douai (présidente d’honneur),

Monsieur Georges Moustaki (président d’honneur),

mesdames et messieurs Michèle Bernard, Jacques Bertin (président), Jacques Bonnadier, Francis Chenot, Didier Desmas (trésorier), Jean Dufour, Marie-Hélène Fraïssé-Bérimont, Elizabeth Gagnon, Philippe Geoffroy (secrétaire), Pierre Jobin, Jofroi, Cyril Lafaurie, Tariel Lourdin, Hélène Mathieu, Floréal Melgar, Jean-Claude Mézière, Christine Pagava-Boulez, Martin Pénet, Francesca Solleville, Jean Sommer, Anne Sylvestre, Jacques Vassal.

ainsi que Gérard Pierron (Prix Jacques-Douai 2007), Remo Gary (Prix Jacques-Douai 2008), Luc Renaud, représentant la Maison pour tous de Beaucourt (T. de Belfort), (Prix Jacques-Douai 2008), Hélène Martin (Prix Jacques-Douai 2009), Philippe Forcioli (Prix Jacques-Douai 2009), qui ont tous été invités à s’intégrer au jury.

Le mot de Jacques Bertin